Wiki MAD MAX
Advertisement
Wiki MAD MAX

Mad max 3 dvd.jpg

Mad Max: Au Delà du Dôme du Tonnerre est un film nominé aux Golden Globe en 1985, le troisième volet de la série de films d'action Mad Max , succédant à Mad Max 2: le Défi. Le film a été réalisé par George Miller et George Ogilvie, et met en vedette Mel Gibson et Tina Turner. La partition musicale originale a été composée par Maurice Jarre.

Le film fournit une histoire supplémentaire à l'original Mad Max et Mad Max 2, dévoilant une guerre nucléaire à la suite de la crise énergétique référencée au début de Mad Max 2. C'était le premier et le seul film de la franchise à avoir été classé M (réservé à un public adulte) par le Conseil de classification d'Australie.

Résumé[]

Cette partie peut contenir des spoilers

Conduisant une caravane remorquée par des chameaux à travers le désert, Max (Mel Gibson) est attaqué par le bandit pilote d'avion Jedediah (Bruce Spence), qui parvient à voler ses affaires et son véhicule grâce à son avion. Max marche et tombe finalement sur le seul avant-poste humain à proximité dans le désert qui reste - la communauté miteuse de Bartertown, fondée et théoriquement dirigée par l'impitoyable Entité (Tina Turner).

À Bartertown, l'électricité, les véhicules, toute la technologie fonctionne grâce à une raffinerie de méthane brut, alimentée par des excréments de porc comme matière première, utilisant un vieux tracteur comme générateur d'électricité. La raffinerie est située sous Bartertown dans le Sous-monde et est exploitée par le petit maître intelligent (Angelo Rossitto), qui est attelé à son garde du corps extrêmement fort, mais pas très mâlin, connu sous le nom de Bombe (Paul Larsson). Ensemble, ils forment "Maître Bombe" , une personnalité influente qui tient tête face à Entité pour le contrôle de Bartertown. Maître a tendance à exploiter sa position avec des «embargos» énergétiques, défiant l'autorité d'Entité. Elle est furieuse contre lui mais ne peut pas le défier publiquement, car Maître Bombe est le seul à disposer du savoir-faire technique pour faire fonctionner les machines qui alimentent Bartertown. La ville de Bartertown est maintenue par un ensemble de lois inflexibles, dont une des plus importante, la loi du troque qui stipule qu'aucun accord ne peut être rompu, pour quelque raison que ce soit (Barter= Troque en anglais). La punition pour avoir enfreint cette loi est tout aussi inflexible et invoquée avec la simple phrase «rompt un accord, affronte la roue".

Le châtiment du Goulag

Entité reconnaît Max comme un combattant ingénieux (mais pas indispensable) et conclut un accord avec lui pour provoquer un duel avec Bombe afin de le tuer sous le "Dôme du Tonnerre", une arène de gladiateurs où les conflits sont résolus, transformant ce qui est sans doute un assassinat politique en un acte licite. Max se retrouve enfermé dans le Sous-monde, où il se lie d'amitié avec un condamné qui a été emprisonné pour avoir tué un cochon afin de nourrir ses enfants, et donc surnommé "tueur de cochons" (Robert Grubb). Les règles des affrontements dans le Dôme du Tonnerre, comme le chantent les spectateurs qui envahissent l'arène, sont simples et singulières: «deux hommes entrent, un homme sort». Après un combat incroyablement long et difficile, Max bat Bombe, mais refuse de le tuer quand il découvre que Bombe est un homme avec l'esprit d'un enfant. Entité, enragée fait exécuter Bombe et invoque leur loi principale que Max a rompu à l'instant. La roue, qui sert de juge et de jury, se révèle être un grand disque métallique en rotation (semblable à la roue de la fortune) avec une flèche pointant vers l'une des nombreux châtiments. Les conséquences possibles incluent la mort, les travaux forcés, l'acquittement, le goulag, le choix d'Entité, la rotation à nouveau, les biens confisqués, le monde souterrain, l'amputation et l'emprisonnement à vie. Lorsque la roue tourne pour Max, elle finit sa rotation sur "Goulag". Il est chassé de Bartertown et exilé dans les Terres Dévastées, mains liées, sur un cheval avec un vulgaire masque de carnaval sur la tête.

L'histoire change radicalement à ce moment. Quelque temps plus tard, Max, proche de la mort en raison de l'exposition au soleil sans boire ni manger, est sauvé par un groupe d'enfants dirigé par Savannah Nix (Helen Buday). Les enfants, endurcis à l'environnement désertique, sont des survivants (ou les enfants de survivants) d'un crash d'avion QANTAS Boeing 747 à proximité, et ont formé une sorte de communauté tribale dans l'oasis désertique abritée à l’intérieur d'une fissure dans la terre dans laquelle ils vivent. Accrochés à leurs espoirs de sauvetage, ils gardent en vie leurs souvenirs de la civilisation passée sous forme d' «histoire» rituelle racontant le retour d'un «capitaine Walker», sorte de Messie qui réparera leur avion brisé et les ramènera à la civilisation. L' "histoire" explique que le capitaine d'aviation G.L. Walker a à un moment donné pris la plupart des adultes survivants pour aller chercher de l'aide, promettant qu'ils seraient de retour pour sauver les enfants, mais ne sont jamais revenus. L'apparence de Max et sa ressemblance physique avec Walker font croire aux enfants de cette tribu perdue qu'il est effectivement revenu pour les emmener à leur terre promise, ou à la civilisation telle qu'elle était autrefois. Après l'avoir soigné, ils sont choqués d'entendre le récit de Max sur l'état dystopique du monde et se mettent en colère contre son insistance pour qu'ils continuent à vivre dans la relative sécurité de l'oasis, sachant que la seule «civilisation» à portée de main est Bartertown.

Certains des enfants décident quand même de partir, déterminés à trouver leur terre promise, le lieu mythique qu'ils croient que leurs parents leur ont laissé. Max décide de les retrouver et de les ramener.

Le troisième acte commence alors que Max les rattrape à proximité de Bartertown. Ils se faufilent, résolus à trouver le Maître. Sans Bombe pour le protéger, le maître nain n'est guère plus que l'esclave d'Entité. Max et les enfants le libèrent avec l'aide du Tueur de Cochon, qui est également libéré, mais alertent par erreur les gardes, et une poursuite effrénée s'ensuit, provoquant des dommages à l'usine de méthane de Bartertown et des explosions, se terminant à la planque de Jedediah. Max le force à les aider à s'échapper de sa planque avec l'avion de Jedediah, mais il n'y a pas assez de place pour tous. Max reste derrière, ouvrant héroïquement un chemin à travers les véhicules qui le poursuivent afin que l'avion ait suffisamment de piste pour décoller. Ayant gagné son respect par sa bravoure, Entité épargne la vie de Max. Elle part ensuite, pour vraisemblablement tenter de reconstruire Bartertown.

L'histoire continue de nombreuses années plus tard, lorsque les enfants beaucoup plus âgés sont vus dans les ruines d'un Sydney détruit, éclairé par des centaines de feux et de lumières. Savannah, le chef des enfants, récite leur "histoire"de leur aventure, tous les soirs.

Production[]

Ce film est le premier Mad Max à se faire sans le producteur Byron Kennedy, décédé en 1983 dans un accident d’hélicoptère. Juste avant le générique, on peut lire l'hommage «...for Byron ».

George Miller coréalise le film avec George Ogilvie, avec lequel il avait déjà travaillé sur The Dismissal (en), une mini-série sur la crise constitutionnelle australienne de 1975 diffusée en 1983. Ils utilisent la même équipe de techniciens avec les mêmes techniques de répétitions qu'ils avaient déjà développées.

Véhicules[]

la Caravane à chameaux de Max

Les véhicules du film sont très différents de ceux vus dans les films précédents. Mad Max: Au Delà du Dôme du Tonnerre se déroulant quelques 15 à 18 ans après les événements de Mad Max 2: le Défi montre qu'il n'y a pas seulement plus de pétrole, mais que les restes de véhicules sont réduits à leurs structures métalliques minimum, ressemblant à des épaves sur des châssis rudimentaires ou avec carrosseries customisées de fortune.

Il n'y a que deux véhicules qui ressemblent à leurs formes d'origine. Ceux-ci étant le camion-train et la caravane à chameaux de Max qui a une cabine XB Sedan, très similaire à celle qu'il conduisait quand il travaillait pour le Main Force Patrol (MFP). Tous les autres véhicules sont de fortune et construits sur mesure sur différents châssis allant de Toyota à Ford. La carrosserie de la voiture utilisée pour la caravane à chameaux ressemble plus à un coupé XB ou à un coupé XA ou construit pour le film.

Bande originale[]

La partition a été composée par le compositeur français Maurice Jarre, bien connu pour la bande originale de Lawrence d'Arabie.

Réception par la critique[]

George Miller, réalisateur des deux premiers films de Mad Max, s'est désintéressé du projet après que son ami et producteur Byron Kennedy a été tragiquement tué dans un accident d'hélicoptère alors qu'il effectuait des repérages. Une idée fausse courante est que Miller a accepté plus tard de diriger les séquences d'action, George Ogilvie dirigeant le reste du film. Cela a été démystifié par Miller lui-même affirmant que cette hypothèse avait été faite en raison de communiqués de presse ambigus. En fait, la seule fois où Georges fit une pause, c'était pendant que Ogilvie filmait les séquences de chameaux. Sinon, ils passaient la plupart de leur temps ensemble sur le plateau. Il y a une ligne de texte à la fin qui dit: «Pour Byron».

La réaction critique au film a été généralement positive, bien que les critiques aient été partagés quant à savoir s'ils considéraient le film comme le point le plus élevé ou le plus bas de la trilogie Mad Max. La plupart des critiques étaient concentrées sur les enfants dans la seconde moitié du film, ce que beaucoup jugeaient cette allusion aux "enfants perdus de Peter Pan" trop flagrante. D'un autre côté, les critiques ont fait l'éloge de la scène du Dôme du Tonnerre en particulier; Le critique Roger Ebert a qualifié le Dôme du Tonnerre de "première idée de film vraiment originale sur la façon de mettre en scène un combat depuis que nous avons eu les premiers films de karaté" et a salué le combat entre Max et Bombe comme "l'une des grandes scènes d'action créatives de ses films."

Sortie en salles[]

Le titre du film a changé selon les pays. Dans plusieurs pays (Argentine, Croatie, Pologne, Serbie), il était simplement connu sous le nom de Mad Max 3, le plus susceptible d'éviter la traduction du néologisme: "Dôme du Tonnerre". Certains territoires ont traduit le titre en plusieurs parties, par exemple en France le film s'appelait Mad Max: Au-delà du Dôme du Tonnerre (Traduit littéralement en anglais par: Beyond the Dome of Thunder) et en Grèce, il était connu sous le nom de: Απόδραση από το βασίλειο του κεραυνού (traduit par: Échapper au royaume du tonnerre). Alors que dans d'autres pays, le concept de Thunderdome a été abandonné pour un mot avec une signification proche, par exemple en Finlande, il était connu sous le nom de Mad Max: Ukkosmyrsky (traduit par: Tempête de Tonnerre).

Anecdotes et notes[]

  • L'affiche du film a été peinte par le célèbre illustrateur d'affiche, Richard Amsel.
  • Budget: 12 000 000 de dollars australiens.
  • Les deux réalisateurs de ce film ont des frères jumeaux.
  • Le clip vidéo du hit de 2pac en 1996, "California Love", a été tourné sur le plateau de Thunderdome et présente des véhicules et des vêtements inspirés de Mad Max.

Mad-max-3-poursuite.jpg

  • La cascade impliquant le train détruisant une voiture avec Acier à bord a été réalisée par Dennis Williams - le même cascadeur qui a fait rouler le camion Mack dans Mad Max 2: le Défi. La cascade ne s'est pas déroulée exactement comme prévu dés le début. À l'origine, le train devait être mis de côté à l'abri pour faire place à un train réel utilisant cette même ligne de chemin de fer et la cascade a été reportée au lendemain. Après la collision contre la voiture, le cascadeur a subi des brûlures au bras et à l'épaule gauches et a été transporté à l'hôpital par hélicoptère.
  • Neuf membres d'équipage se sont effondrés à cause de l'épuisement dû à la canicule pendant le tournage de cinq semaines des scènes finales de la plaine lunaire au village de Coober Pedy.
  • Plus de deux douzaines de véhicules 4x4 ont été transportés par train vers les lieux de tournage, y compris le train Mack qui a dû être démantelé pour le voyage. L'équipage, elle, a voyagé par la route.
  • Le "souterrain" le plus élaboré de Coober Pedy est le nid souterrain de Crocodile Harry qui est arrivé dans le film par accident, devenant la maison de Jedediah.
  • L'oasis en contrebas a été tourné à "Mermaid's Cave" dans la région de Blackheath en Nouvelle-Galles du Sud. Le département artistique du film a utilisé cet endroit et a construit un certain nombre de huttes en utilisant des matériaux naturels.
  • "Le mur de l'Histoire", un mur massif de 4,5 x 12 mètres à partir duquel Savannah Nix raconte "l'histoire" a été construit en utilisant des blocs de mousse sur un échafaudage en acier. Après la construction, la façade a été sculptée dans des formations rocheuses réalistes et recouverte des dessins utilisés dans la séquence rituelle «de l'Histoire». Après quelques pluies, il était impossible de dire si le mur fabriqué faisait partie de la roche d'origine.
  • L'entrée de Bartertown a été filmée dans un désert brûlant au centre de l'Australie (les Breakways) qui était autrefois une mer intérieure il y a plusieurs millions d'années.
  • Environ 150 figurants ont été recrutés dans le village de Coober Pedy pour le film. Chaque jour à 3 heures du matin, ils faisaient la queue devant la salle municipale pour le maquillage et la préparation de la garde-robe. Ils ont été emmenés par une flotte de bus alors que le soleil rampait sur l'horizon des Breakaways.
  • Tina Turner a fait son propre maquillage. "J'ai réalisé qu'Entité était une étape importante pour moi, parce que je me suis adapté à une situation similaire dans la vraie vie (...) J'ai dû me reconstruire un monde à partir de zéro après mon divorce, donc jouer Entité est juste une question de prise de recul par rapport à un souvenir. Et ce n'était pas si douloureux non plus, parce que je ne regrette aucune partie de ma vie! "
  • Les tendeurs élastiques du Dôme du Tonnerre n'ont pas fourni suffisamment de portance pour que les acteurs puissent effectuer de grands sauts. Un système d'air comprimé à commande manuelle était utilisé pour propulser les artistes dans les airs afin d'obtenir l'effet souhaité. Les acteurs étaient propulsés à une hauteur de 5 m dans les airs. La propulsion provoquait plein d'ecchymoses et d'écorchures qui ont fait des ravages sur tous les membres de la distribution et de l'équipe, y compris Mel Gibson qui n'a eu que deux jours pour maîtriser les manœuvres.

Bande annonce en Français[]

Mad_Max_3_-_Au-delà_du_Dôme_du_Tonnerre_-_Bande_Annonce_Officielle_(VF)_-_Mel_Gibson_-_George_Miller

Mad Max 3 - Au-delà du Dôme du Tonnerre - Bande Annonce Officielle (VF) - Mel Gibson - George Miller


Advertisement